L'entrée en résidence

Pour une transition harmonieuse


L’entrée en résidence peut s’avérer une étape très difficile pour la personne âgée : de là l’importance de bien la soutenir dans ce processus. 

Qu’elle soit mûrement réfléchie ou qu’elle doive se prendre dans la précipitation, la décision d’entrer en résidence est toujours cruciale pour une personne âgée et pour ses proches. Voici l’histoire inspirante d’une résidente et quelques conseils pour faciliter cette grande étape de vie.

Un choix difficile

À 89 ans, Monique Boissy réside à la Résidence Floralies de LaSalle depuis maintenant près de 12 ans. Si elle loge aujourd’hui dans la section CHSLD, il n’en a pas toujours été ainsi. En juin 2006, à son arrivée sur les lieux, c’est en effet dans la section pour personnes autonomes qu’elle s’est d’abord installée.

« Durant quelques années, ma mère s’est occupée à la maison de mon père atteint d’Alzheimer. Quand sa condition s’est détériorée, il a été placé en résidence et il y est décédé », raconte Lise Plante, la fille de Mme Boissy. À la suite du départ de son mari, Mme Boissy montrait de plus en plus de signes de fatigue et commençait à avoir de légères pertes de mémoire. « Je remarquais plusieurs petites choses qui clochaient chez elle, mais je mettais tout cela sur le dos de la fatigue. Cela m’inquiétait, car ma mère conduisait encore à ce moment-là. Et un jour, justement, on m’a appelée pour me dire qu’elle s’était engagée dans le sentier pédestre d’un parc au volant de sa voiture », relate Mme Plante.

Cet incident a été l’un des éléments déclencheurs du processus d’entrée en résidence : « C’est à ce moment que j’ai vraiment réalisé qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas et que je l’ai accompagnée chez son médecin. Ce dernier ne voyait rien d’anormal à part des signes de vieillissement. »

Puis, un an plus tard, après une panoplie d’examens à l’Institut Douglas, le verdict est tombé : Mme Boissy présentait un début d’Alzheimer. « Devant cette nouvelle, ma mère a d’abord été très en colère, car pour l’avoir vécu de près avec mon père, elle savait ce qui l’attendait. Et j’avoue que moi aussi, au début, j’ai eu du mal à accepter qu’on en soit rendu là. »

Quelques semaines plus tard, c’est Mme Boissy elle-même qui a annoncé à sa fille qu’elle préférait déménager dans une résidence. « Cela a été difficile, car elle devait quitter le logement où elle habitait depuis plus de 30 ans. Mais quand elle a visité le petit studio de la Résidence Floralies de LaSalle, elle est tout de suite tombée en amour. Lors de cette première rencontre, on a aussi longtemps discuté avec la personne qui nous a fait visiter les lieux, et je crois que ce qui a le plus soulagé et rassuré ma mère, c’est de savoir qu’avec la formule évolutive des Floralies, il serait possible d’y demeurer jusqu’au tout dernier moment, sans devoir se rendre à l’hôpital.

C’est donc en formule autonome que Mme Boissy a fait son entrée en résidence, bénéficiant tout de même du service de salle à manger et des soins infirmiers pour l’administration de ses médicaments. Deux ans plus tard, de plus en plus désorientée et présentant un important déclin cognitif, elle a subi de nouveaux examens confirmant qu’elle n’était plus apte à habiter dans la section autonome. Elle a donc été transférée dans une chambre au deuxième étage. Comme Mme Boissy est demeurée dans le même établissement, certains membres du personnel s’occupent toujours d’elle.

La maladie a évolué de manière fulgurante dans le cas de Mme Boissy qui, aujourd’hui, est en fauteuil roulant et doit être prise en charge dans chacune de ses activités de la vie quotidienne. Elle reçoit donc tous les soins que sa condition requiert, puisqu’elle est aujourd’hui incapable de se déplacer, de faire sa toilette ou de se nourrir seule. Malgré tout, elle est toujours d’humeur agréable. Les membres de sa famille sont quant à eux rassurés, sachant qu’elle recevra de bons soins quoiqu’il arrive.

 

Maman a toujours été une personne très positive, même dans sa maladie. Elle a toujours aimé la vie et les gens. Elle s’est beaucoup attachée aux préposées et aux infirmières de la Résidence Floralies de LaSalle, et je trouve cela extraordinaire. C’est là une bonne indication qu’elle a toujours été bien traitée...

– Lise Plante, fille de Monique Boissy

 

Un bouleversement de taille

Comme ce fut le cas pour Mme Boissy, l’idéal serait de pouvoir laisser germer l’idée d’entrer en résidence, mais ce n’est évidemment pas toujours possible. « D’un côté, il y a les enfants qui désirent savoir leur parent en sécurité et, de l’autre, il y a ce parent qui veut rester le plus longtemps possible dans son univers et conserver son autonomie. Il s’agit d’un vrai deuil, et cela peut souvent entraîner son lot de conflits », soutient Claire Fosh, coach spécialisée en relations humaines.

Déni, tristesse, frustration et anxiété… voilà des émotions tout à fait normales. D’autant plus qu’avec l’âge, il devient de plus en plus difficile de s’adapter aux changements, et c’est pourquoi Mme Fosh conseille d’ailleurs de procéder par étapes : « L’important est de ne pas bousculer la personne avec une solution toute faite d’avance mais plutôt, dans la mesure du possible, de la faire participer à la prise de décision. En discutant d’abord des raisons pour lesquelles ce déménagement serait préférable. Puis en lui faisait visiter des résidences et en lui laissant choisir les meubles et les objets qu’elle veut apporter avec elle. S’entourer d’objets connus et de photos s’avère d’ailleurs un bon moyen de faciliter la transition. »

Une fois la personne installée, il est important de lui rendre visite pour qu’elle sente qu’elle n’a pas été abandonnée, mais il faut aussi savoir la laisser s’acclimater par elle-même. « Certaines familles ont le réflexe d’assurer une présence continue dans les premiers temps, mais ce n’est pas nécessairement une bonne idée, prévient Mme Fosh. Il faut laisser des moments à la personne pour qu’elle puisse s’adapter, tisser des liens avec les autres résidents et prendre part aux activités qui conviennent à sa personnalité et à ses intérêts. Bref, il faut qu’elle puisse faire son nid à son propre rythme dans ce nouvel environnement. »

 

 

La résiliation du bail

Dans certains cas, la loi permet au locataire qui présente des besoins particuliers de quitter son logement.

C’est entre autres le cas si le locataire est une personne âgée qui va vivre de façon permanente dans un lieu d’hébergement où sont offerts les soins infirmiers ou les services d’assistance personnelle que nécessite l’état de santé.

Pour plus d’information, consultez le site de Éducaloi :

Résiliation du bail

Les répercussions chez les proches

Accompagner une personne en perte d’autonomie s’avère un processus éprouvant pour la famille. Plusieurs réactions peuvent se développer chez la personne qui aide :

  • sentiment de découragement, fatigue, état dépressif, épuisement;
  • émotions de culpabilité liées à l’impression de ne jamais en faire assez;
  • difficultés à accepter la situation;
  • sentiment de frustration, irritabilité contre la personne aidée ou contre d’autres membres du réseau qui s’impliquent moins;
  • anxiété, insomnie, peur du futur, anticipations envahissantes concernant d’autres étapes de pertes d’autonomie chez la personne aidée;
  • peur des pertes éventuelles (séparation, deuil, mort).

Pour plus d’information, consultez le site de Psychologues à Montréal :

Accompagnement d’une personne en perte d’autonomie

Ensemble, encore et toujours


Pauline et André Le 18 mai dernier, André Giroux et sa femme Pauline Poirier fêtaient leur premier anniversaire à la Résidence Floralies […]

Lire la suite

Quand l’art fait du bien


Par un lundi après-midi, au deuxième étage de la Résidence Floralies de LaSalle, Benoît Hébert rassemble un groupe de résidents et […]

Lire la suite

Pour une transition harmonieuse


Un choix difficile À 89 ans, Monique Boissy réside à la Résidence Floralies de LaSalle depuis maintenant près de 12 ans. Si […]

Lire la suite

Aimer jusqu’au bout


Par amour pour Gertrude Gertrude Brouillette vient de célébrer son 95e anniversaire à la Résidence Floralies de  LaSalle. Pour l’occasion, toute la […]

Lire la suite

Bien manger pour mieux vieillir


« Parfois, un élément déclencheur comme un changement de routine ou une circonstance de la vie (un deuil, une dépression, un […]

Lire la suite

Je t’aide, moi aussi !


Chaque année depuis 2014, environ 75 élèves de sixième année de l’école Children’s World Academy s’engagent dans une action bénévole à […]

Lire la suite

Les différents visages de l’abus envers les aînés


Julie Charbonneau avoue qu’elle n’y connaissait alors rien à la problématique de la maltraitance qui n’avait pas été abordée lors de […]

Lire la suite

Donner du temps un peu, beaucoup… passionnément


« Le moment décisif a été le visionnement d’un reportage sur l’action bénévole des Petits Frères, raconte la conseillère financière de […]

Lire la suite

Alzheimer : la vie de famille bouleversée


Troubles de la mémoire, désorientation… La maladie de Bernadette Couture s’est déclarée à 81 ans. « À 80 ans, ma mère […]

Lire la suite
Une démarche facile en 3 étapes

contactez-nous

Vous souhaitez obtenir de l’information sur nos solutions d’hébergement ?

 

Sans aucun engagement de votre part, prenez un rendez-vous avec l’une de nos deux directrices générales :

 

Résidence Floralies Lachine
Caroline Lafleur | directrice générale
caroline.lafleur@residencesfloralies.qc.ca
514 637-0005

 

Résidences Floralies LaSalle
Marie Rose Nkurunzia | directrice générale
marie.nkurunziza@residencesfloralies.qc.ca
514 363-8200

visitez une résidence

Accueilli par les directrices générales des Résidences Floralies, vous bénéficierez d’une visite personnalisée qui vous permettra de découvrir, en toute transparence, nos solutions d’hébergement : autonome, semi-autonome, répit et convalescence, et CHSLD.

 

Elles se feront un plaisir de prendre le temps de répondre à toutes vos questions, afin de trouver le type d’hébergement qui est le mieux adapté à vos besoins et à votre condition.

prenez une décision

En terminant votre visite, nous vous remettons une pochette d’information ainsi qu’un profil de vie personnalisé.  Ces documents vous permettront de guider votre réflexion et de prendre une décision éclairée quant à vos futurs projets de vie.

 

Et, bien sûr, nous demeurerons en tout temps disponibles pour toute question ou information complémentaire dont vous pourriez avoir besoin par la suite.

  • Abonnez-vous à notre infolettre