Journal d'une préposée | le 30 janvier 2019

(1) Il pleut des cordes à danser


Avec le « Journal d’une préposée » nous vous proposons une série fictive qui se lit comme un roman !  S’inspirant des témoignages, des histoires et du vécu des employés, elle met en lumière la réalité des préposés aux bénéficiaires à travers les confidences sans filtre de Josie…

Je m’appelle Josie et je suis préposée aux bénéficiaires aux Résidences Floralies depuis six ans. Ce métier, je l’ai choisi.

Après avoir travaillé comme gardienne d’enfants pendant plusieurs années, j’ai voulu me réinventer et voir comment je pouvais utiliser mon bagage d’expérience auprès des personnes âgées. Aider, ça a toujours été naturel pour moi. La bienveillance, la douceur, l’empathie m’ont été laissées en héritage par ma chère mère.

Mme Dupuis a toujours été une de mes préférées. Surtout, ne le répétez à personne ! Chaque fois que je rentrais dans sa chambre le matin, avant même qu’elle ait ouvert l’œil, elle me demandait de sa voix flûtée : « Soleil ou gris ? Dis, Josie, il fait quel temps aujourd’hui ? ». Pour la faire rire, je lui répondais toujours : « Il pleut des cordes… à danser ! », en faisant quelques petites steppettes. C’était notre façon de nous saluer et de démarrer la journée du bon pied.

Mme Dupuis était toujours de bonne humeur, même si mon travail consistait à la réveiller à l’heure du chant du coq, elle était toujours prête à faire un petit brin de jasette sur la météo ou sur les vedettes (elle adore regarder la télévision dans le salon à l’étage).

Mais il y a deux semaines, tout a changé. Je suis rentrée avec mon entrain habituel et Mme Dupuis n’a pas voulu sortir du lit. Elle a maugréé quelques mots et est restée dans son mutisme. Elle ne voulait pas être dérangée. La maladie venait de prendre la voie d’accélération chez mon amie. J’ai décidé de faire comme si de rien n’était et j’ai répété notre petit rituel. Elle ne parle toujours pas, mais je vois parfois dans son regard une étincelle, comme si elle comprenait…

On dit que le métier de préposée est dur. Il est vrai que l’on travaille de longues heures. Il est vrai que l’on voudrait plus de préposés par étage. Il est vrai que l’on réclame un meilleur salaire. Il est vrai que l’on souhaiterait avoir accès à tout l’équipement du monde, à des chambres spacieuses, bien décorées, chaleureuses.

Or, s’il y a une chose sur laquelle on n’aura jamais de mots à dire, c’est sur la maladie. On voudrait que les patients restent en santé et coulent leurs derniers jours heureux, dignes, entourés de leur famille.

Mais la réalité est tout autre… et c’est épuisant.

« Soleil ou gris ? Dis, Josie, il fait quel temps aujourd’hui ? ». Pour la faire rire, je lui répondais toujours : « Il pleut des cordes… à danser ! »

(10) Journal d’une préposée | le 27 novembre 2019


Je me souviens encore de la première fois où j’ai nourri une dame âgée perte d’autonomie alors que j’étais toujours en stage. Madame Hurtubise qu’elle s’appelait. […]

Lire la suite

(9) Journal d’une préposée | le 28 octobre 2019


On m’a souvent posé la question : comment fais-tu, Josie, pour rester si énergique ? Il est vrai que mon travail requiert beaucoup d’énergie physique et mentale […]

Lire la suite

(8) Journal d’une préposée | le 28 septembre 2019


Il n’y a rien comme le réconfort de savoir qu’on s’occupe de tout. Vous savez, ces formules de voyage tout compris ? Ces concepts de vente clefs en main ? […]

Lire la suite

(7) Journal d’une préposée | le 28 août 2019


« Juste un peu, un peu de tendresse. Qui fait que l’amour ne peut pas mourir… » chantait Sylvie Vartan en 1967. Où est la tendresse dans nos rapports avec nos aînés ? […]

Lire la suite

(6) Bonté divine : une nouvelle !


Dans la vie d’une préposée, les jours se suivent et se ressemblent. Pour la plupart. Sauf lorsqu’une nouvelle préposée rejoint un […]

Lire la suite

(5) Mes bras meurtris


Je regarde mes bras et ça me gêne… Ici et là, sur ma peau, les marques laissées par les bonnes âmes […]

Lire la suite

(4) Entrez dans la danse !


Madame D’avril a 88 ans. Elle et moi sommes de grandes danseuses professionnelles. Vous ne me croyez pas ? Pourtant, tous […]

Lire la suite

(3) Vivement le printemps !


Le printemps s’est enfin pointé le bout du nez entraînant avec lui ses promesses de lumière abondante et de températures plus […]

Lire la suite

(2) Journées catastrophes


Il y a des hauts et il y a des bas. Il y a ces journées où le temps file à […]

Lire la suite

(1) Il pleut des cordes à danser


Le 30 janvier 2019 – Je m’appelle Josie et je suis préposée aux bénéficiaires aux Résidences Floralies depuis six ans. Ce métier, je l’ai choisi […]

Lire la suite
Une démarche facile en 3 étapes

contactez-nous

Vous souhaitez obtenir de l’information sur nos solutions d’hébergement ?

 

Sans aucun engagement de votre part, prenez un rendez-vous avec l’une de nos deux directrices générales :

 

Résidence Floralies Lachine
Caroline Lafleur | directrice générale
caroline.lafleur@residencesfloralies.qc.ca
514 637-0005

 

Résidences Floralies LaSalle
Marie Rose Nkurunzia | directrice générale
marie.nkurunziza@residencesfloralies.qc.ca
514 363-8200

visitez une résidence

Accueilli par les directrices générales des Résidences Floralies, vous bénéficierez d’une visite personnalisée qui vous permettra de découvrir, en toute transparence, nos solutions d’hébergement : autonome, semi-autonome, répit et convalescence, et CHSLD.

 

Elles se feront un plaisir de prendre le temps de répondre à toutes vos questions, afin de trouver le type d’hébergement qui est le mieux adapté à vos besoins et à votre condition.

prenez une décision

En terminant votre visite, nous vous remettons une pochette d’information ainsi qu’un profil de vie personnalisé.  Ces documents vous permettront de guider votre réflexion et de prendre une décision éclairée quant à vos futurs projets de vie.

 

Et, bien sûr, nous demeurerons en tout temps disponibles pour toute question ou information complémentaire dont vous pourriez avoir besoin par la suite.

  • Abonnez-vous à notre infolettre