Quand chaque minute compte

SHARON VAUGHAN – infirmière auxiliaire coordonnatrice à la Résidence Floralies LaSalle 

Rencontrée dans le cadre d’un tout autre reportage, Sharon Vaughan,  nous a énormément touchés avec son histoire personnelle et son dévouement envers ses patients. En voici un aperçu.

Sharon Vaughan était coiffeuse lorsque sa vie a basculé du jour au lendemain. Son conjoint a eu un accident qui l’a laissé paralysé de la nuque jusqu’aux pieds. « Après avoir pris soin de lui pendant un an, j’ai décidé de retourner à l’école en soins infirmiers, raconte-t-elle. L’aider et lui apporter des soins avait réveillé quelque chose en moi.»

Alors qu’elle était aux études, ses deux grands-parents sont décédés de manière rapprochée. « C’est peut-être pour cette raison que j’ai voulu me tourner vers les soins aux personnes âgées. Pour retrouver cette relation et combler ce manque. Les résidents, ce sont tous mes grands-parents »,  confie-t-elle en souriant…

Le métier d’infirmière auxiliaire est-il à la hauteur de ses attentes ? « Oui, absolument. J’aime le challenge. J’en veux toujours plus. Soigner des plaies de lit, faire des pansements, installer des sondes. J’aime apporter des soins et réagir rapidement aux situations, comme lorsqu’il y a une chute, par exemple. »

Quand j’arrive le matin, tout le monde est dans la cuisine. Je prends le temps de saluer les résidents un à un lorsque je leur distribue leurs médicaments. Je prends de leurs nouvelles. Je suis de bonne humeur et leur souris. Et quand ils me rendent mon sourire, cela fait ma journée !

Prendre le temps

S’il y avait une chose qu’elle pouvait changer, ce serait le temps passé avec chacun de ses résidents. Elle en voudrait plus, tellement plus : « Il y a tant à faire que je n’arrive pas à prendre le 10 minutes supplémentaire que j’aimerais pour échanger avec eux. »

Ce sont plutôt toutes les petites minutes qu’elle réussit à réunir ici et là qui font une différence. « Une résidente pleurait ce matin. C’était la première fois que je la voyais dans cet état. J’ai pris trois minutes avec elle pour discuter et lorsque je l’ai quittée, elle était correcte, elle buvait son café avec le sourire. J’ai réussi à lui changer les idées, et ça risque de faire en sorte qu’elle passera une bonne journée. »

Ces petits plus sont pour elle inestimables. « Ces attentions les rendent plus heureux et valorisés, plutôt que seuls et isolés. Lorsqu’un résident est de bonne humeur, a le bon état d’esprit, la journée va passer mieux pour lui. Il va manger avec entrain, participer aux activités et bien dormir. »

Comme quoi les soins infirmiers, c’est beaucoup plus que des traitements et des pansements…

Une démarche facile
en 3 étapes

01

Contactez-nous

Vous souhaitez obtenir de l’information sur nos solutions d’hébergement? Contactez notre conseiller en hébergement :
1 438 396-6121
bienvenue_welcome@residencesfloralies.qc.ca

Pour contacter nos directrices générales :

Résidence Floralies Lachine
Guylaine Lapierre | directrice générale
guylaine.lapierre@residencesfloralies.qc.ca
1 514 637-0005

Résidences Floralies LaSalle
Marie Rose Nkurunzia | directrice générale
marie.nkurunziza@residencesfloralies.qc.ca
1 514 363-8200

02

Visitez une résidence

Accueilli par la conseillère en location des Résidences Floralies, vous bénéficierez d’une visite personnalisée qui vous permettra de découvrir, en toute transparence, nos solutions d’hébergement : autonome, semi-autonome, répit et convalescence, et CHSLD.

Elles se feront un plaisir de prendre le temps de répondre à toutes vos questions, afin de trouver le type d’hébergement qui est le mieux adapté à vos besoins et à votre condition.

03

Prenez une décision

En terminant votre visite, nous vous remettons une pochette d’information ainsi qu’un profil de vie personnalisé. Ces documents vous permettront de guider votre réflexion et de prendre une décision éclairée quant à vos futurs projets de vie.

Et, bien sûr, nous demeurerons en tout temps disponibles pour toute question ou information complémentaire dont vous pourriez avoir besoin par la suite.